et si on parlait

Viticulture

Viticultures raisonnée, biologique & biodynamique, quelles sont les différences ?

Les pratiques diffèrent autour de la viticulture. En effet, l’enjeu principal est la qualité du vin, le respect de la vigne, des sols, du vivant, ainsi que des conditions de travail des vignerons. 

L’utilisation de produits chimiques a modifié les pratiques viticoles dites “conventionnelles”. Cependant, dès les années 1930, des alternatives plus respectueuses de l’environnement ont commencé à voir le jour. On observe aujourd’hui la coexistence de divers labels, chartes et certifications, ainsi que des pratiques raisonnées, biologiques et biodynamiques. 

Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Sommaire

1. Viticulture raisonnée

2. Viticulture biologique

3. Viticulture biodynamique

viticulture

Et si on parlait

Viticultures raisonnée, biologique & biodynamique, quelles sont les différences ?

Les pratiques diffèrent autour de la viticulture. En effet, l’enjeu principal est la qualité du vin, le respect de la vigne, des sols, du vivant, ainsi que des conditions de travail des vignerons. 

L’utilisation de produits chimiques a modifié les pratiques viticoles dites “conventionnelles”. Cependant, dès les années 1930, des alternatives plus respectueuses de l’environnement ont commencé à voir le jour. On observe aujourd’hui la coexistence de divers labels, chartes et certifications, ainsi que des pratiques raisonnées, biologiques et biodynamiques. 

Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Sommaire

1. Viticulture raisonnée

2. Viticulture biologique

3. Viticulture biodynamique

1. Viticulture raisonnée

D’après la définition officielle donnée par le Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, “la viticulture raisonnée correspond à des démarches globales de gestion d’exploitation. Celles-ci visent, au-delà du respect de la réglementation, à renforcer les impacts positifs des pratiques agricoles sur l’environnement et à en réduire les effets négatifs, sans remettre en cause la rentabilité économique des exploitations“.

En effet, un vigneron adepte de la méthode raisonnée utilise notamment des engrais chimiques, dans des proportions mesurées et limitées à certaines périodes de l’année. Le viticulteur en méthode biologique quant à lui, se l’interdit complètement.

Moins contraignante que la viticulture biologique, cette production raisonnée cherche donc à trouver un équilibre entre les contraintes d’une viticulture respectueuse de l’environnement et les objectifs de productivité de la viticulture moderne conventionnelle.

Pour certains vignerons, passer par la viticulture raisonnée permet, quelques années plus tard, d’envisager une conversion vers la viticulture bio.

 

2. Viticulture biologique

Depuis les années 1940, la viticulture biologique a pour objectif la non-utilisation des produits chimiques synthétiques dans le vignoble. Celle-ci restreint ou interdit l’usage de tous types de pesticides, herbicides etc.. en les remplaçant par des plantes et minéraux afin de combattre les insectes nuisibles et les maladies. 

En viticulture bio, le plus grand défi est l’entretien du sol, sans herbicide, qui doit permettre de conserver une vigne équilibrée et productive.
Si l’on part d’une plantation traditionnelle, la transition à la production biologique exige au moins une période de reconversion de trois ans, pendant laquelle on va adapter la plantation à la nouvelle gestion et y établir un nouvel équilibre.

En France, 17 % des vignobles sont en bio ou en conversion. Le logo AB, puis la feuille à 12 étoiles (certification viticulture & raisins bio) font office de deux certifications en Europe depuis 2012. Dans ce groupe, deux chartes sont plus exigeantes que la Charte européenne : Nature & Progrès et Bio Cohérence.

3. Viticulture biodynamique

Apparue en 1924 sous l’influence de Rudolf Steiner, philosophe et agronome autrichien, cette méthode de culture repose sur la recherche de l’équilibre de la vigne avec son environnement.

Fondée sur des pratiques traditionnelles, la biodynamie prévient plus qu’elle ne soigne. Des préparations naturelles sont utilisées pour stimuler la vie microbienne et renforcer le système immunitaire de la vigne.

Les principes fondamentaux sont :

  • l’amélioration du sol et de la plante par des préparations issues de matières végétales (tisanes de prêle ou d’ortie…), animales (bouse de corne de vache sur la vigne…) et minérales (quartz pour stimuler la photosynthèse…) ;
  • l’application de ces préparations à des moments précis en fonction des cycles de végétation de la vigne et en rapport avec le calendrier lunaire et planétaire ;
  • le travail du sol par des labours et des griffonnages.

Il est nécessaire pour les vignerons d’être certifiés en viticulture biologique afin de passer en biodynamie. 

Le label Demeter certifie les produits issus de l’agriculture biodynamique. Il existe aussi un label « Biodyn » pour les domaines agricoles en reconversion.

À lire également

SLOW TOURISME EN FAMILLE

SLOW TOURISME EN FAMILLE

slow tourisme VOYAGES EN FAMILLELa vie de famille est une aventure du quotidien. À travers le rythme imposé par le travail et les obligations familiales, l’épuisement parental est parfois dur à éviter ! Pour déconnecter et se ressourcer, quoi de mieux que des...

“City-break” français au printemps

“City-break” français au printemps

INSPIRATION3 VILLES À DÉCOUVRIRLORS D'UN "CITY-BREAK"AU PRINTEMPSEnvie d’évasion ? Dans quelques jours, le printemps s'installe !C'est la saison du renouveau de la nature, du retour des oiseaux migrateurs, du réveil des animaux hibernants et donc la période idéale...

Aventure tropicale

Aventure tropicale

LA RÉUNIONAVENTURE TROPICALE SUR L'ÎLE INTENSEAu carrefour des influences de l’Afrique, de l’Asie et de l’Europe, offrez-vous le dépaysement d’une île tropicale de l’Océan Indien abritant une flore et faune unique au monde. Avec ses 850.000 habitants, La Réunion est...